Noire, musulmane et française

Depuis toute petite, j’ai toujours fait partie de la minorité de ma classe, mais plus les années passent et plus cette minorité est très très peu nombreuse. J’ai toujours été avec 2 ou 3 noirs dans ma classe mais quand même beaucoup de POC (Personnes de couleurs). J’ai grandi dans les quartiers sud de Marseille et dans ces quartiers il y a peu de noirs.

N

Quand je suis entrée au lycée général, ça a été pire. On était une petite poignée de POC et évidemment on ne venait pas du même milieu social que les autres. En tout cas, je ne me sentais pas à ma place. Dans ma classe de seconde nous étions seulement 3 noirs. A chaque fois qu’on se retrouvait seuls, on pouvait vraiment être nous-même. On se sentait vraiment biens ensemble car nous partagions la même éducation, la même culture et le même mode de vie.

Parce que, qu’on le veuille on non, la société française oblige les POC à porter un masque. Nous sommes obligés de rentrer dans le moule pour s’intégrer. Et je ne dis pas forcément que c’est de la faute de quelqu’un en particulier. C’est comme ça, c’est tout.

Dans un groupe, on suit toujours la majorité et dans mon cas la majorité a toujours été blanche et chrétienne ou athée.

Lorsqu’on est dans un groupe (une classe) et où la majorité parle d’aller à des fêtes, de boire de l’alcool, de vacances en Thaïlande, ou même d’aller à McDo, on se sent vite exclu et pas à notre place.

Ce n’est pas de la faute des personnes en question mais le problème est qu’en général, lorsqu’on est en primaire/collège on est dans le même groupe social que nos camarades de classe alors qu’au lycée (général) tout change. Il faut alors s’adapter au groupe et bien souvent on se perd. On devient une personne qu’on n’est pas vraiment pour pouvoir s’intégrer.

Je me rappelle encore en seconde lorsque je me « battais » avec mon ami (noir) pour savoir lequel de nous avait la peau la plus foncée devant toute notre classe. Nous étions les clowns de la classe et on amusait tout le monde en dénigrant ce que nous étions.

On rigole à des choses qui ne nous font pas rire, on laisse passer des remarques plus que douteuses tout ça pour ne pas passer pour la personne avec qui on ne peut pas rire.

Arrivée à l’université c’est encore pire. On trouve encore moins de gens qui nous ressemblent. Je crois que depuis que je suis dans le supérieur, on a toujours été moins de 5 noirs dans toute la promo.

Mais la différence c’est que je m’affirme beaucoup plus aujourd’hui. Je ne m’excuse plus d’être qui je suis. Donc quand je jeûne, je le dis et ne m’en cache pas comme beaucoup. J’assume de manger halal et donc je refuse d’aller dans des endroits non halal parce que je veux manger de la viande le midi et pas du poisson. On a beaucoup de questions mais au final ce n’est jamais très méchant (sauf certains islamophobes qu’on peut recadrer très rapidement quand on comprend à quel point ils sont bêtes).

Je sors avec mon afro et j’ai pleine confiance en moi. Je parle des sujets qui me tiennent à cœur, du racisme, de l’islamophobie, du sexisme et même si j’ai la réputation de la révoltée de service au final je me sens bien mieux ainsi. J’assume mes convictions haut et fort. Quand une personne que je côtoie dérape, je la remets directement à sa place et j’essaie de lui expliquer calmement les choses.

Je pense qu’il faut essayer de ne pas se braquer à chaque remarque et expliquer les choses aux personnes qui font des remarques déplacées. J’avoue que personnellement j’ai tendance à tout de suite aller à la confrontation mais il faut se dire que bien souvent ces personnes ne connaissent que ceux qu’on leur dit de connaitre. Elles ne voient qu’à travers les médias et ne cherchent pas à découvrir autre chose. Elles sont tellement à l’aise dans leur privilège qu’elles ne pensent absolument pas à se renseigner sur ce qui se passe ailleurs.

Evidemment nous ne sommes pas là pour apprendre aux gens comment se comporter mais il faut faire la différence entre un vrai con et quelqu’un qui ne se rend pas compte que certaines remarques ou comportements sont déplacés.

Quand on passe toute sa vie à jouer un rôle, à se taire quand quelque chose nous déplaît, ça devient difficile d’être épanouie. C’est pour ça qu’il faut assumer haut et fort ce que vous êtes. Ne vous cachez pour personne, ne vous censurez pour personne. C’est même comme ça que les gens biens, indépendamment de leur couleur, vous apprécieront et c’est comme ça que vous trouverez des personnes avec qui vous avez envie de partager votre journée. On se sent beaucoup mieux quand on assume qui on est vraiment, je vous assure.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Noire, musulmane et française »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s